Navigation aérienne

La navigation aérienne est l’ensemble des moyens et des règles mises à la disposition des pilotes d’aéronefs pour se situer et se déplacer en toute sécurité d’un point à autre. Cette notion de sécurité est un point essentiel qui n’a cessé de s’améliorer depuis le début de l’aviation et contribuer au développement du transport public.

Pour assurer cette sécurité et se repérer,  les pilotes utilisent des moyens dont sont équipés leur aéronef (moyens de radionavigation et visuels) et suivent des règles de circulation aériennes.

Le déplacement entre aérodromes se fait à l’aide d’un ensemble de règles de vol et de manœuvres standardisées par l’organisation de l’aviation internationale (OACI), au lendemain de la seconde guerre mondiale.

La circulation aérienne générale, pour les aéronefs civils, se fait en fonction de la météorologie et/ou du type d’aéronefs, suivant des règles de vol à vue (V.F.R. pour visual flight rules) ou avec moyens de radionavigation assurant le guidage des aéronefs (I.F.R.pour instrument flight rules). L’ensemble de ces techniques et de ces moyens permettent d’acheminer de toute sécurité un aéronef d’un aérodrome à un autre.

De plus, pour éviter tout rapprochement entre aéronefs, prévenir toute collision entre un aéronef et obstacle, optimiser et organiser  la circulation aérienne, la sécurité est assurée avec l’aide de contrôleurs aériens assurant le guidage et l’information des pilotes en  vol. 

  • Sur les aérodromes où le trafic est significatif l’avion évolue dans un espace dit « contrôlé » le pilote prend contact avec les contrôleurs aériens de l’aérodrome qui peuvent rendre le service d’approche ou d’aérodrome.
  • Si le trafic est faible, l’avion peut évoluer dans un espace dit « non contrôlé » et le pilote prendra contact avec un service d’informations de vol AFIS (Aérodrome flight Information Service) qui informera le pilote sur les conditions locales (météorologie, trafic, conditions particulières …) le pilote assurrea la sécurité pendant les évolutions d’atterrissage.
  • Enfin dans le cas d’un très faible trafic les atterrissages s’effectueront en « Auto information » les pilotes assurant la sécurité entre eux.

Photo : contrôleurs aérien dans la vigie
Photo : contrôleurs aérien dans la vigie

 

Certain petits aérodromes n’ont pas de contrôle ni de service d’information locale, cette situation se retrouve essentiellement dans les zone non contrôlée avec un faible trafic d’aviation légère.

L’espace aérien est divisé en différentes zones  ce qui impose, pour les usagers de respecter les règles dédiées et d’avoir des contacts réguliers avec des contrôleurs aérien, notamment au-dessus des aérodromes (voir schéma ci-dessous).

Modélisation de l’espace aérien autour d’un aérodrome
Modélisation de l’espace aérien autour d’un aérodrome

 

L’approche d’un aérodrome se fait en respectant une procédure d’approche dédiée (soit à vue, soit à l’aide d’instruments de radionavigation). Les cartes d’aérodromes précisent les différents types d’approches possibles. L’applicabilité d’une procédure dépend des conditions météorologiques,  de la qualification du pilote et de l’équipement de l’aéronef.

Le circuit de décollage et d’atterrissage  en condition de vol à vue (VFR) se faire suivant une procédure dédiée appelée tour de piste (voir schéma ci-dessous)

Image : circuit d’aérodrome
Image : circuit d’aérodrome